Atlantica édite des livres depuis 1983.

Depuis lors, les mathématiques, l’électro-ménager et le tennis ont remarquablement progressé. Mais l’édition, mais les livres ?
On avait plutôt prédit leur disparition et il n’en fut finalement rien.

De même pour les éditions Atlantica, qui sont-elles encore là, trente ans après. Elles s’intéressent aux punks, aux toros, à la communauté juive, au jazz, au graffiti, à l’architecture, aux baleines, au nihilisme balnéaire d’un philosophe-surfeur ; elles s’intéressent à tout à condition que notre vaste région n’y soit pas étrangère, et à condition surtout de ne jamais céder au passéisme.

D’aucuns disent qu’Atlantica fait du «local». A ceux-là, nous offrons cette phrase ensorcelante de Miguel Torga : «L’universel, c’est le local moins les murs.»

 

 

Pin It on Pinterest

Share This